Sur le chemin des vérités que l’on se sent léger !

Rien ne vient perturber notre bien être puisqu’à chaque instant de la vie nous sommes convaincus que nos choix sont les bons et nos idées les meilleures. La nature humaine est ainsi faite, il y a ceux qui se torturent chaque jour sur leurs actes, leurs pensées, leur regard et leurs choix et ceux qui d’emblée écartent tout altruisme puisque le centre du monde c’est eux. Fi des compromis et de l’écoute de l’autre, fi de la compassion et pire que tout fi de la remise en question et de l’introspection puisqu’elles pourraient nous révéler une image un peu ternie qui mettrait en danger notre égo. Alors pour être heureux, il serait préférable de se regarder dans la glace, de se trouver joli(e), de publier les plus belles photos sur les réseaux sociaux et de rassembler tous les « j’aime » possibles de nos meilleurs « ami(e)s. Notre société ne serait-elle pas en train de fabriquer à grande échelle une société d’individualistes exacerbés dont le seul intérêt est de parfaire son narcissisme et son égocentrisme. J’ai une pensée particulière pour ceux qui ont eu le courage de se battre pour un idéal humain, pour ceux et celles qui au prix de leur vie ont su défendre des valeurs humaines, débattre de celles-ci pour faire évoluer notre société. N’est-il pas désespérant de voir sur certains réseaux sociaux certains types d’échanges appelé « communication » pour n’échanger que des « j’aime » « moi ça va et toi ça va ? » sans parler des règlements de compte qui se glissent au fil des pages…et passer ainsi des heures voire des soirées entières avec ses nombreux ami(e)s pour ne rien échanger d’autre que son nouveau look, sa nouvelle paire de chaussure ou son nouveau tee shirt. A quoi bon…la machine est lancée, les nouvelles technologies supports indéniables de la communication ont été perverties par ces excès et plongent les accrocs dans la plus grande des solitudes. Rien ne pourra désormais modifier cela si ce n’est la pensée et le courage d’y remédier. Apprendre à lire, à réfléchir et à écrire n’est-il pas le socle indispensable pour la construction d’une vie humaine ? Finalement… peut-être pas.

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot fgnl ? :